Journal d'annonces légales: Le Pays Briard


Vous êtes actuellement à la recherche d'une plateforme de publication d'annonces légales en ligne afin de publier facilement et au meilleur coût votre annonce légale dans le journal Le Pays Briard ? Legalin.fr vous permet de publier une annonce légale dans Le Pays Briard ou tout autre journal habilité du département 77 et d'obtenir immédiatement et au tarif le plus juste une attestation de parution officielle sur le journal de votre choix.

D’aucuns pensent que journal Le Pays Briard fait partie de ces nombreux journaux d’annonces légales ayant vu le jour à la fin la Seconde Guerre mondiale… Que nenni ! Son Histoire, peu détaillée sur la toile, il est vrai, commence le 24 juillet 1886.

UN JOURNAL D'ANNONCES LÉGALES TRÈS POLITISÉ

De son véritable nom de baptême Le Démocrate de Seine-et-Marne, le journal se veut, dès son lancement dans un arrondissement conservateur de La Ferté-Gaucher, un « organe de rénovation sociale ». C’est tout du moins l’intention du titre et la ligne éditoriale dépeinte par son fondateur Émile Véron*, instituteur du Second Empire, né le 4 janvier 1828 à Saint-Germain-sous-Doue ; qui démissionnera, par ailleurs, de son poste d’enseignant par conviction républicaine. Cette conviction, Émile Véron la défendra passionnément durant près de 20 années en tant que conseiller municipal de La Ferté-Gaucher. Mais revenons à nos moutons…

*à ne pas confondre avec son homonyme (Émile Véron, 1925-2013) fondateur de l’entreprise de jouets Majorette

LE DÉMOCRATE DE SEINE-ET-MARNE, POLITIQUE ET ÉCLECTISME

En 1886, Émile Véron n’en est pas à son coup d’essai, puisqu’il a déjà créé une imprimerie et un premier journal, L’École du Peuple, en 1884. Le Démocrate de Seine et Marne pourrait se résumer ainsi : un journal politique à fortes valeurs républicaines, s’intéressant au quotidien administratif de ses lecteurs, à l’actualité judiciaire, au monde agricole, à l’activité industrielle, commerciale, au monde des loisirs (dont la littérature) et habilité à la publication d'annonces légales dans le département de Seine-et-Marne. Fort de nombreuses chroniques (locales, électorales et départementales) et d’informations relatives à l'état-civil, il évoque également l’actualité nationale (en plus d’être le vecteur d’une transparence économique toute républicaine via la parution d’annonces légales et judiciaires). En dernière page paraissent des réclames.

LE COMBAT DU JOURNAL LE DÉMOCRATE

Le fondateur du Démocrate de Seine et Marne, Émile Véron, meurt le 4 mai 1890. Il lègue alors à son fils Alphonse, plus qu’une imprimerie et un journal : une mission républicaine, un combat idéologique anticlérical, cher au Parti radical. Alphonse Véron déménagera le siège social du Démocrate, une dizaine d’années plus tard, à Coulommiers, chef-lieu du canton du même nom (qui en sera, jusqu’en 1926, une sous-préfecture). Le 16 puis le 18 de la rue de la Pêcherie abriteront les locaux du Démocrate de Seine-et-Marne pendant plus d’un siècle.

UN JOURNAL D’ANNONCES LÉGALES AU SERVICE DU PEUPLE

Le Démocrate n’a de cesse, depuis toujours, d’évoluer pour offrir à ses lecteurs une satisfaction toujours grandissante. En 1897, par exemple, un supplément à vocation agricole et d'économie domestique, la « Feuille de Famille » est ajoutée au journal. L’année 1901 voit, quant à elle, l’apparition d’une notice relative à l’Histoire du département. Y publier une annonce légale est toujours possible. Pendant la Seconde Guerre mondiale, si Le Démocrate de Seine-et-Marne ne cesse pas sa publication à proprement parler, cette dernière, comme celle de l’ensemble des journaux de l’époque, est problématique : censure, interruptions d'édition, changements de format en raison des restrictions de papier et impératifs économiques divers mettent régulièrement à mal le rythme de parution du bi-hebdomadaire d’annonces légales...

LE DÉMOCRATE DE SEINE-ET-MARNE PENDANT LA SECONDE GUERRE

Voilà pourquoi, lors de cette période chaotique, le titre n’est composé que d’un feuillet, imprimé -coûte que coûte- recto-verso. Au devant, l’on commente les événements et internationaux. Au verso, l’on diffuse toutes les informations concernant l'arrondissement de Coulommiers, les aléas de la guerre, ses répercussions sur la vie de la commune et ses environs, la fréquence de ravitaillement en vivres, les restrictions auxquelles il faut faire face. Et si la parution du titre s’interrompt régulièrement (comme en août 1942, avec la mise en application directe de la loi n° 666 du 31 juillet sur les congés payés), elle échappe à l'ordonnance du 30 septembre 1944, fixant la cessation de diffusion des journaux publiés pendant l'Occupation… Et pour cause : son directeur de publication, Edmond Rayer (embauché en septembre 1898, devenu directeur du titre en 1919 et propriétaire en 1925, suite au décès de son patron), est loué pour son aide à la Résistance. Le Démocrate de Seine-et-Marne doit tout de même, formalité administrative oblige, changer de patronyme : c’est ainsi qu’il devient Le Pays Briard.

LE PAYS BRIARD, DES ANNÉES 50 AUX ANNÉES 80

En 1951, un petit nouveau fait son apparition au journal Le Pays Briard : il s’agit de Michel Vincent, journaliste stagiaire, qui devient vite rédacteur en chef du titre, puis directeur au décès d’Edmond Rayer en 1971. Il est notamment l’instigateur d’une petite révolution technologique au sein du journal : l’abandon de la composition au plomb au profit de la photocomposition et par extension, la multiplication par quatre, en moins de cinq années, du nombre de pages du Pays Briard.

Les années 80 ouvrent à leur tour la voie à de nombreux changements et de nombreuses modernisations, conceptuelles comme techniques : naissances de périodiques commerciaux gratuits, arrivée de la couleur, naissance du magazine mensuel Le Petit Briard avec l’entrée en jeu des annonces payantes (annonces légales toujours, et autres petites annonces).

Question changement, les années 90 ne seront pas en reste : impression intégrale en couleurs pour Le Petit Briard, changement de format pour Le Pays Briard (place au tabloïd) extension de sa zone de couverture géographique à l’Aisne et à la Marne, pagination toujours plus conséquente. En 1994, Jean-Baptiste Vincent, fils de Michel Vincent, en prend la direction.

ANNÉES 2000 : QUELQUES DATES CLEFS POUR LE PAYS BRIARD

Les années 2000 apportent leur lot de deuils, mais aussi d’inventivité, de renouveau et d’innovation :

- En 2002, le journal Le Pays Briard conquiert de nouveaux lecteurs grâce à une maquette et une ligne éditoriale renouvelées ;

- Le 5 décembre 2004, Michel Vincent disparaît après 50 ans de bons et loyaux services, pour ainsi dire une vie journalistique au service du Pays Briard ;

- L’année 2003 est celle du grand déménagement pour l’ensemble du personnel du journal, qui intègre des locaux neufs, spacieux et fonctionnels en février, au 18 de la rue Abel-Prouharam. Le siège social du journal y est également transféré. Adieu, rue de la Pêcherie !

- 2007 est l’année de la renaissance du Petit Briard. Ce dernier devient le supplément magazine mensuel gratuit du Pays Briard !

- Le Pays Briard prend le virage numérique en 2008, avec la création d’un site Internet ;

- Le lundi 12 juillet 2010, Jean-Baptiste Vincent disparaît à son tour, foudroyé par un infarctus à 42 ans alors qu'il passait ses vacances dans le Périgord.

- Fin 2010, Le Pays Briard est racheté par le groupe Publihebdos 

Le Pays Briard, aujourd’hui encore bi-hebdomadaire (il parait le mardi et le vendredi) traite des actualités locales et généralistes du centre de la Seine-et-Marne, au cœur de la Brie, jusqu’au sud de l’Aisne et à l’Ouest Sézannais, dans la Marne, couvrant de nombreuses villes et cantons : Meaux, Melun, Coulommiers, Crécy-la-Chapelle, La Ferté-Gaucher, Rozay-en-Brie, Tournan-en-Brie, Rebais, La Ferté-sous-Jouarre (Seine-et-Marne), Charly-sur-Marne (Aisne), Château-Thierry, Montmirail, Esternay (Marne), etc. Il est toujours possible d’y publier une annonce légale. Plus de 80 000 lecteurs le parcourent chaque semaine, dont la moitié sont abonnés !



Le Pays Briard est un journal d'annonces légales - JAL - habilité sur le(s) département(s) 77 (Seine-et-Marne) .


Le Pays Briard

Le Pays Briard
41 Rue de l'Orgeval, 77120 Coulommiers
Diffusion / édition : 5500
Presse générale

Les dernières publications dans le département Seine-et-Marne

ANNONCE LÉGALE CATÉGORIE DÉPARTEMENT JAL
FLAMIRO Changement de gérant 77 - Seine-et-Marne Le Moniteur de Seine-et-Marne
SCI DE TY NEHUÉ Transfert de siège dans un autre ressort (autre département) 77 - Seine-et-Marne Le Moniteur de Seine-et-Marne
SCI BAKOUO Société civile immobilière (SCI) 77 - Seine-et-Marne Le Moniteur de Seine-et-Marne
KS TELECOM Société par actions simplifiée (SAS) 77 - Seine-et-Marne Le Moniteur de Seine-et-Marne
DVP Société par actions simplifiée (SAS) 77 - Seine-et-Marne Le Moniteur de Seine-et-Marne

Pourquoi utiliser les services de Legalin.fr ?

Tous nos modèles sont conçus afin d'optimiser la taille de vos annonces légales, vous permettant de bénéficier du meilleur prix de publication et d'obtenir une attestation de parution, 24h4/24 7j/7, sans même avoir besoin de vous déplacer auprès du journal d’annonces légales compétent. Tous nos modèles d'annonces légales respectent scrupuleusement les exigences des différentes greffes de France, et 100% de nos attestations de parution sont acceptées.
Nous vous proposons la solution existante la plus complète, la plus simple à utiliser, et la plus économique du marché : publiez l'annonces légale de votre choix dans le journal d'annonces légales de votre choix, comme Le Pays Briard, au meilleur prix !

Vous souhaitez en savoir plus ?

Vous pouvez nous joindre par téléphone au 01.41.10.23.80.
Notre équipe spécialisée vous guide et répond à toutes vos questions dans la rédaction et la publication de vos annonces légales.